Nous avons 127 invités et aucun membre en ligne

Imprimer

Construction du PALO de AGUA

(4 - user rating)

Index de l'article

Ecrit par Sylvain Lacour dans Voile le 20 septembre 2010

art72-1

Pour enverguer le foc, on commence par amarrer un collier au point d’écoute ; avec 4 tours de fil polyester disposés en forme de fer à cheval ou quelque chose de semblable. L’objectif est d’éviter d’introduire une torsion entre le point du foc et le collier, et de maintenir l’axe du collier en direction de la bordure du foc. Il s’avère avantageux de ne pas serrer cette amarre, mais plutôt de lui donner un certain jeu, de façon à ce que point et cercle soient séparés d’environ 3-5 mm.

Continuons avec tout ce qui va sur le Boom [Botalón] (trop souvent appelé à tort " bôme de foc ["Botavara del Foque"]. Nous voyons sur la photo, de gauche (vers la proue sur cette photo) à droite :

A l’extrémité du boom, se trouve l’étai [estay]. Il est fait d’un câble d’acier inoxydable de 25 livres, sa longueur totale est de 800 mm, noué autour du boom, et son extrémité supérieure se termine par un petit nœud permettant de l’accrocher aux anneaux du mât. Immédiatement derrière, c’est l’amure [amura] du foc. Elle est faite d’un fil de polyester amarré et collé au boom, il monte, passe par l’œillet du point d’amure, redescend, en passant par un petit anneau de fixation, et en fin est amarré dans le petit anneau de régulation. Mais nous ferons ce nœud lorsque TOUT sera envergué, afin de pouvoir faire les ajustements nécessaires. Suivent 2 colliers qui empêchent l’amarre de l’émerillon [amarra del giratorio] de glisser. Cette amarre se fait avec 4 tours de fil polyester. Attention maintenant ! Pour que la longueur de l’écoute [escota] soit ajustable, nous l’amarrons à ce qui va être son collier de fixation, et nous enfilons 2 anneaux de fixation supplémentaires.

Alors, nous pourrons glisser sur le boom :

Le collier de fixation le plus éloigné de l’extrémité de réglage mais nous veillons à le mettre en place avec l’extrémité de fixation vers la proue ! Suit le collier de fixation intermédiaire qui suit la direction de l’écoute vers la poupe Et finalement le collier de réglage. Maintenant, il reste pour l’extrémité de poupe du boom, les éléments de la volée[repique] de l’écoute [escota] et de la balancine [amantillo]. Ceux-ci sont aussi entrecroisés parce que :

Nous amarrons 85 cm de fil de polyester à un collier de réglage, pour la balancine, et nous le glissons sur le boom. Ensuite, le collier de réglage du point d’écoute, Et finalement le collier de fixation que nous avons enfilé sur la balancine.

art72-2

Le foc est envergué au boom, maintenant nous devons l’enverguer à l’étai. Il est utile de fixer les éléments pour qu’ils ne nous glissent pas des doigts ! Pour ce faire, nous travaillons sur une planche dans lequel un clou servira de support à l’estrope (émerillon) du boom, et un autre clou nous permettra d’étirer la voile et l’étai. Nous pouvons utiliser un petit crochet provisoire et un élastique pour tirer sur le point de drisse et étirer le foc tout doucement, sans forcer !

Avec un autre petit crochet et un autre élastique, étirer l’étai et installer la drisse de foc. Celle-ci se place entre la boucle de l’étai et l’œillet du point de drisse, et se compose de 6 tours de fil de polyester. L’idée est que l’étai et le guindant de foc soient étirés de la même façon quand le point d’amure du foc se trouve à approximativement 12 mm au dessus du boom. Ainsi il y aura un peu de marge pour étarquer le guindant mais il sera aussi possible de le détendre pour régler le creux de cette voile.

Observons notre bateau armé et comparons-le à la photo, (je suppose qu’ils coïncident ! ) et nous voyons qu’avec le premier collier nous pourrons tirer la position du point d’amure et que le second nous permettra de régler la tension de l’amure. (Intéressant : dans ce cas, "amure" et "Cunningham de Foc" coïncident en un seul petit appareil !)

art72-3

Nous avons le foc et l’étai étirés, nous pouvons donc compléter la fixation du foc sur son étai. Pour cela, il y a des mousquetons, commencés comme des garcettes sur le guindant de la voile .

Les garcettes sous la voile (quand elle est posée à plat sur la table) apparaissent devant l’étai. Soulever la voile et l’étai (en appuyant avec un doigt ?), prendre le fil qui sert de garcette, le lever et le ramener sur la voile en l’orientant vers l’arrière. Avec la même technique, poser un morceau de ruban scotch " magique ", celui qui est en polyester, quasiment invisible !

L’étai DOIT toucher la voile, mais ne pas rester collé. Il doit pouvoir glisser, tourner mais ne doit pas être mou. Parce que c’est l’étai qui va contrôler la position et la forme du guindant de notre voile. Cela peut demander de la patience... mais fait partie du jeu !

Répéter la même opération avec toutes les garcettes, pour les transformer en mousquetons. Et voilà notre foc envergué !

Share