Nous avons 335 invités et aucun membre en ligne

Imprimer

Retroplane 2009 in Ireland

(2 - user rating)
Ecrit par Michel Malabat dans Planeurs le 26 novembre 2009

Amateurs de planeurs tout plastique aux lignes fluides et élancées, passez votre chemin. Les lignes qui suivent ne vous concernent pas. Rétroplane est une rencontre qui réunit les passionnés de beaux planeurs d’avant 1960. Construction tout bois et entoilage à l’ancienne. Des bois et toiles quoi !

 

Cette rencontre annuelle organisée par Vincent Besançon et son équipe a lieu à la mi Juillet sur un site différent chaque année. Pour cette nouvelle édition, c’est en Irlande que les « rétroplanistes » se sont réunis, accueillis par Frédéric Marie et Joë du club local, Island Slope Rebels. Avec une trentaine de pilotes venus d’Allemagne, Belgique, Suisse, France et bien sûr d’Irlande, les organisateurs peuvent être satisfaits du taux de participation.

La carte des participants avec leur port d’attache

Le passage des véhicules par le ferry devant être réservé très tôt afin d’être assuré d’avoir des places, aucun désistement de dernière minute n’était possible et pouvait constituer un frein à cette rencontre, mais il n’en a rien été, bien au contraire.

L’un des ferries dans le port de Rosslare en Irlande

Rétroplane n’est pas une compétition et il n’y a aucun enjeu si ce n’est le plaisir des échanges entres modélistes, et de faire revivre des machines dont certaines disparues à jamais ou conservées dans des musées. Mais que l’on ne s’y trompe pas, certaines pièces auraient parfaitement leur place dans un championnat de France, avec une finition à faire baver. Quant aux qualités de vol, les grands planeurs d’une envergure approchant les 5 mètres sont d’un réalisme époustouflant.

PREMIER JOUR

Les vols se sont déroulés sur le Mont Leinster à environ 700 mètres d’altitude, sur une belle pente douce recouverte d’herbes et de bruyères, avec une vaste zone pour se poser.

... une belle pente douce recouverte d’herbes et de bruyères ...
Quelques mots sur la météo qui ne fut pas exceptionnelle (on est loin de la Riviera) avec des températures fraiches et pas mal de vent. Les organisateurs, qui ont eu vent (si je puis m’exprimer ainsi) d’une perturbation pour le vendredi et le samedi, décident d’avancer le début de la rencontre au jeudi. Tous les participants étant présents, cette première journée de vol sera un succès. Une régie radio à base de pinces à linge avec tableau de fréquences est installée, tenue avec rigueur par Joëlle Besançon. Une main de fer dans un gant de velours. Simple et efficace. Les fréquences utilisées en France n’étant pas autorisées, la fédération Irlandaise a offert à chaque participant une licence provisoire avec assurance valable un mois, permettant la pratique de l’aéromodélisme sur son territoire. Sympa les autorités. Malgré un ciel plutôt gris, le vent est bien dans l’axe de la pente générant une bonne dynamique et les vols se succèdent sans discontinuer jusqu’au soir.
... les vols se succèdent sans discontinuer jusqu’au soir

LES MODELES EN LICE

Il y avait une cinquantaine de modèles inscrits, tous de construction bois à partir de plans perso ou du commerce. Ici, pas de ready to fly ou autre fabrication fibre, rien que du bois, et les modèles reproduits doivent être antérieurs à 1960. C’est la règle. Que les participants me pardonnent, il est impossible de les citer tous au risque d’en oublier, les photos seront bien plus « parlantes ».

Traditionnelle photo de groupe, pas facile de réunir tout le monde

Les envergures les plus courantes « tournent » autour de 3 mètres, c’est assez facile à transporter et ne nécessite que des équipements standards. Bien sûr, les grandes plumes de 4 ou 5 mètres font rêver, mais leur mise en œuvre ainsi que le pilotage n’est pas à la portée de tous : voir le gros Harbinger de Bernard Kluijtman ou le Musger MG9a de Vincent Besançon dont le comportement majestueux en vol se rapproche des appareils grandeurs. A l’opposé, il y a une catégorie à l’échelle 1/10° tel ce mini Pétrel de 1,70m d’envergure dont le vol est tout simplement bluffant, quand on sait que la corde d’aile au saumon n’excède pas les 4cm, Mr Reynolds n’apprécie pas réellement et pourtant, ça marche. Son constructeur, Laurent Caralp se permettant de le faire voler même avec pas mal de vent. Il y a aussi les inconditionnels des challenges, Laurent Legeay et Claude Lacombe qui ont construit respectivement à des échelles différentes le RRG Ente, un planeur de formule canard dont la construction de l’original remonte à l’année 1928, au fuselage recouvert de contre plaqué vernis du plus bel effet.

Le RRG Ente de Claude Lacombe

Quelques petits problèmes de mise au point ne leurs permirent pas de voler, mais ce n’est que partie remise.

Ici, pas de discrimination, petits ou grands modèles, tous sont acceptés à condition de respecter le règlement au demeurant fort simple.

INTEMPERIES

Les météorologues avaient vu juste, les deux jours suivants la pluie est bien là et dans la nuit, une mini tornade s’abat sur le campement. Les auvents vibrent sous l’effet du vent, des piquets s’arrachent, des toiles de tentes s’effondrent, on entend des cris et l’entraide s’organise pour consolider les armatures mises à mal par la tourmente, le tout sous une pluie battante. De plus, la terre détrempée restitue une bouillasse dans laquelle nous pataugeons. Cela n’empêche pas la bonne humeur de régner et quand enfin tout est consolidé à une heure avancée de la nuit, le plus difficile sera de trouver un endroit sec pour dormir. C’est aussi cela l’aventure Irlandaise.

APERITIF GEANT

Chaque participant apporte une spécialité de son pays ou de sa région

C’est une tradition à Rétroplane, chaque participant apporte une spécialité de son pays ou de sa région, boissons ou victuailles. Tout est mis en commun et il y en aura pour plusieurs jours. Le club local qui nous accueillait avait bien fait les choses, nous proposant chaque jour diverses salades, grillades et autres gâteaux préparés par les épouses des modélistes. L’hospitalité Irlandaise n’est pas un vain mot. Merci à elles pour leur dévouement.

C’est également, alors que tout le monde est réuni, l’opportunité d’exposer les fuselages des planeurs démunis de leurs ailes par trop encombrantes. Cela représente déjà une belle enfilade bien qu’ils ne soient pas tous présentés

La traditionnelle exposition des fuselages a lieu au camp de base

 

REMISE DES PRIX

Comme prévu par la météo, samedi matin il pleut. Les organisateurs décident de faire la remise des prix. Celle-ci aura lieu dans la salle de jeux du camping mise gracieusement à notre disposition par le gérant de celui-ci. Comme évoqué précédemment, Rétroplane n’est pas une compétition, c’est la raison pour laquelle les lots sont tirés au sort. En vrac, on trouve des petits gadgets mais aussi des kits à construire, de planeur bien sur, dons du club local Irlandais, des plans, des abonnements à une revue d’aéromodélisme et bien d’autres choses encore. De plus chaque participant repartira avec un tee shirt à l’effigie de la rencontre, offert par Copaéro ainsi qu’une pendule en bois verni, ou couleur.

DERNIER JOUR

Les conditions climatiques se sont améliorées, entendez par là « il ne pleut plus » mais le ciel reste menaçant. A notre arrivée sur le site, le sommet est dans le brouillard. Cependant, il y a un invité qui aurait pu se montrer un peu plus discret, j’ai nommé le vent. Il souffle de secteur Sud entre 30 et 40 km/h, se renforçant encore en fin de journée jusqu’à atteindre 50km/h. Pensez vous que cela arrêterai un « Rétroplaniste » ? Hé bien non, au contraire, c’est un stimulant. Les vols auront donc lieu sur la pente Sud du Mont Leinster, et tout le monde mettra un point d’honneur à lancer son planeur, car le vent est assez laminaire et la zone d’atterrissage peu turbulente permet une approche sans trop de risque. Seul le ciel nous jouera des tours en ouvrant ses vannes à plusieurs reprises obligeant à bâcher modèles ... et pilotes.

EPILOGUE

Cette édition ne fût certes pas la plus représentative par le nombre de concurrents, il fallait prendre en compte le prix non négligeable du voyage par le ferry, mais la qualité des modèles présentés en exposition ou en vol était de très bonne facture, avec quelques modèles hors du commun. Certains ont encore besoin de quelques réglages, mais je ne doute pas que leur concepteur/constructeur/pilote parvienne à les mettre au point. Sur 4 jours de vol prévus, seuls 2 furent mis à profit. Tous les planeurs ont beaucoup volé, il y eu peu de casse, preuve d’un excellent niveau de pilotage, que les machines sont bien construites et parfaitement réglées. Pour beaucoup d’entre nous, ce fût également l’opportunité de faire du tourisme, de visiter ce pays très coloré aux paysages sans cesse différents. Le folklore Irlandais avec ses danses et sa musique traditionnelle nous a enchanté l’espace d’une soirée où la Guiness coula à flot, nous laissant de merveilleux souvenirs.

 

 

Rétroplane 2009 est terminé, et à l’heure où j’écris ces lignes, je ne sais pas encore ou se déroulera l’édition 2010, mais une chose est certaine, je ferai tout pour y participer.

Merci encore aux organisateurs et au club local pour leur dévouement. L’accueil Irlandais n’est pas une légende usurpée, le soleil qu’ils n’ont pas dehors brille dans leur cœur de mille feux.


Retroplane, j’y étais !

Rendez vous l’année prochaine en d’autres lieux pour de nouvelles aventures.

Les partenaires

  • Gliding Bookshop
  • Matthew’s Models Pilots
  • Modèle Magazine
  • Aufwind
  • Islandmodels.ie
  • Copaéro
  • Rétroplane.de
  • Stéphan

Texte et photos : Michel Malabat

 

Diaporama complet:

Extrait du CD de la rencontre Rétroplane 2009 en Irlande. Auteurs : Joëlle et Vincent Besançon

 

Le site Retroplane est visible ici : www.retroplane.net et le CD complet (1 heure d’enregistrement) est disponible auprès de Vincent Besançon au prix de 10€.

Share