Nous avons 275 invités et aucun membre en ligne

Imprimer

Goëlette trois mâts "Côte d’Emeraude"

(2 - user rating)
Ecrit par Alain Lefebvre dans Vieux gréements le 05 novembre 2006

Construction du terre neuvier "Côte d’Emeraude" à l’échelle 1/40ème par Michel Boulet


 

Cette goélette à trois-mâts en bois porte bien son nom. Construite à Saint Malo par les Chantiers Craipeau en 1925, destinée à la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve.

 

Elle mesurait 56 mètres hors tout soit 40 mètres à la flottaison.

Historique

Les Terre- Neuviers et la pêche sur les bancs de Terre-Neuve. Il est difficile en quelques lignes de donner l’historique de ce type de pêche. Les bateaux la pratiquant ont évolué au fil des années, du gros trois mâts carré au trois mâts barque et brick .Le bâtiment favori de la pêche sur les bancs de Terre Neuve devint vite a la fin du 19eme siècle le trois mâts barque goélette dont le « COTE D’EMERAUDE » est un des représentants, Ces grands terre-neuviers étaient armés par une trentaine d’hommes. Les marins étaient recrutés de père en fils dès l’age de 12 ou13 ans.

Le navire mouillait sur le banc pendant parfois plus de 6 mois. La pêche à la morue se pratiquait avec de petites embarcations appelées « doris ». Chaque terre-neuvier pouvait ainsi poser en une nuit jusqu’à quinze mille hameçons.

Ces bateaux ont terminé leur carrière au profit des chalutiers et beaucoup sont restés à pourrir dans les abers des côtes de France où d’ailleurs.

Quelques un de ces bateaux furent restaurés et naviguèrent encore quelques années, d’autres furent reconstruits à l’identique et quelques uns naviguent toujours.

Goëlette trois mâts Goëlette trois mâts

La maquette :

Construite en bois, coque stratifiée extérieure et intérieure, à l’échelle 1/40éme d’après un plan du musée de la marine au 1/75éme, la coque mesure 1,40 mètre hors tout soit 1mètre à la flottaison.

Voici quelques détails du trois-mâts :

Pour la navigation, le problème vient de l’instabilité due à la réduction à l’échelle si l’on conserve les voiles déployées ! (il n’est plus possible de garder le lest dans la coque car le couple de redressement est alors trop faible).

J’ai donc opté pour un lest extérieur ajouté sous la coque et par la même occasion, celui- ci comporte un moteur.

Les voiles sont tenues par élastiques, ce qui donne un aspect très réaliste en navigation.

Michel Boulet

Share